samedi 30 décembre 2017

Alzheimer: L'apport des TIC

On estime qu’en 2020 une personne sur quatre de plus de 65 ans sera touchée par la maladie d’Alzheimer. En attendant que la recherche médicale puisse guérir ou prévenir cette maladie, il semble naturel de se tourner vers la technologie pour aider les malades et leurs proches, voire même pour retarder la progression de la maladie. Toutefois, le problème n’est pas simple puisque les malades sont généralement des personnes âgées souvent concernées par d’autres difficultés liées au vieillissement et elles sont probablement peu habituées aux nouvelles technologies. En outre, ces facilités devraient s’adapter tant à l’aspect dégénératif de la maladie qu’au vieillissement, avoir un coût raisonnable et être acceptées par toutes les personnes concernées (aidants, proches, soignants...). L’équation est d’autant plus complexe que la maladie est encore fort méconnue et prend des formes très variables d’un individu à l’autre.
Néanmoins, l’informatique et les nouvelles technologies (smartphone, smarthome, réseaux sociaux, objets connectés…) peuvent déjà apporter des solutions concrètes à différents égards, que ce soit dans le domaine de la santé (suivi, rappel des soins, etc), des loisirs (jeux adaptés, multi-utilisateurs), de la stimulation sensorielle et intellectuelle, de l’aide à l’orientation dans le temps et l’espace (localisation, guidage, information ambiante...), du maintien à domicile, de la communication, de la vie sociale, de la sécurité, sans oublier l’assistance des aidants et autres proches. Parfois, ces technologies viennent en complément d’aides liées au seul problème du vieillissement, comme l’adaptation aux personnes démentes d’appareillages conçus pour les personnes âgées (fauteuils électriques, téléphones, plans de cuisson…). Elles peuvent être des alternatives intéressantes à des mesures de placement, de contention, ou de médicamentation mais aussi soulager les aidants en conférant davantage d’autonomie au malade. A contrario, certaines solutions solliciteront davantage les proches voire le malade et nécessiteront donc une attention particulière avant l’adoption. Il en va de même pour les applications dont dépendrait le bien-être de la personne. Leur sûreté de fonctionnement devra être évaluée avec soin. Le souci est encore plus grand lorsque des objets connectés sont utilisés. De même, lorsque des solutions collectent des informations ou utilisent le « cloud », il est nécessaire de connaître les garanties apportées concernant la protection des données personnelles. Enfin, certaines applications nécessiteront une immixtion dans l’intimité du malade (vidéo surveillance, géolocalisation, contrôle à distance…). Il sera dès lors indispensable de les questionner sur le plan éthique et plus que jamais d’avoir le consentement éclairé du malade. 
 
Article paru dans Bloc Note n° 100 de la ligue Alzheimer.
Décembre 2017
 

mercredi 12 juillet 2017

Réparer les connecteurs d'un viseur à prisme AE (ME) pour Bronica SQ-AI

Votre posemètre de votre viseur AE affiche insolemment ERR et toutes les manipulations préconisées par le mode d'emploi n'y changent rien... oh désespoir. Les griffes de contact de votre viseur avec les broches en laiton du dos sont sans doute devenues trop lâches avec le temps et ne font plus contact. Cela empêche le dos de communiquer la sensibilité du film au viseur... Si elles font un petit bruit de cliquetis en retournant le viseur, alors ne cherchez plus !
Pas de panique, la réparation est assez simple.
Le seul outil nécessaire à cette manipulation est un petit tournevis cruciforme PH#00 que l'on trouve dans les magasins de bricolage.
  1. Placez le viseur face à vous et retourné sur le dos, avec l’oculaire vers vous [Image 1].
  2. Vous voyez alors les deux griffes de contact, installées dans une plaque fixée sur le viseur.
  3. Enlevez les 4 vis à chaque coin de cette petite plaque (sans toucher aux autres vis) [Image 1: les autre flèches]. Prélevez-les et rangez les précieusement dans un boitier.
  4. Soulevez la plaque de vous vers le fond (sud vers nord) et non latéralement (est-ouest) ! Procédez doucement mais pas de panique, l'intérieur est bien fixé et aucun ressort ne va sortir tel un un diable de sa boîte [image 2, 3].
  5. Le couvercle ainsi démonté et retourné fait apparaître deux lames en forme de L fixées chacune par une vis [images 4, 5, 6]. Desserrez chaque vis sans les enlever et vous pourrez faire pivoter les lames vers l'extérieur. Ces lames devraient normalement appuyer sur les griffes sous les encoches en plastic mais avec le temps, elles se sont distendues et un jeu s'est installé. Une fois pivotées, vous pourrez les remettre à plat en appuyant doucement dessus et les remettre en place. Vérifiez bien que les lames appuient maintenant bien sur les griffes et que ces dernières sont poussées par les lames.
  6. Resserrez les vis au dessus des lames et remontez le cache sur le prisme. 
  7. L'opération est terminée.
Après avoir remonté le prisme sur votre Bronica, le message ERR devrait avoir disparu. Cela marche aussi pour les viseurs ME.

Cette notice est largement inspirée de cette page: https://www.photography-forum.org/threads/bronica-sq-me-prism-finder-fix.139050/

Image 1. Le viseur retourné, viseur vers vous, avec les quatre vis à démonter. On voit les deux griffes au milieu.

Image 2. Zoom sur la plaque à enlever.

Image 3. La plaque est démontée.

Image 4. La lame de droite avec la vis à desserrer.

Image 5. Lame de gauche.

Image 6. Vue d'ensemble.





mardi 11 juillet 2017

Mots-Croisés à propos des langages de programmation

Envie de bronzer malin ?

Je vous propose une grille de mots-croisés sur le thème des langages de programmation, des plus anciens aux plus récents avec quelques perles au passage.
Bonne chance !


(c) Vincent Englebert

Enseigner la pensée informatique à l’école est une nécessité